Qu’est-ce qu’on devient ?


Qu’est-ce qu’on devient quand on oublie les connexions enfantines, quand on les range dans un coffre du cerveau et qu’on ferme à clef comme un grenier pour jouets cassés ? Puis, Qu’est-ce qu’on devient quand on a terminé d’être amants, que ça y est, on est casé, que c’est sûr, que ça devient une fatalité ? et encore, Qu’est-ce qu’on devient lorsqu’on laisse s’évaporer nos propres rêves, quand on les regarde s’éloigner comme des petits nuages blancs emportés par la brise, ces fameux rêves qui irriguent l’espoir et toute la machine à pétiller de l’esprit ? Qu’est-ce qu’on devient quand tout ça s’assèche petit à petit que même la notion de jeu devient étrangère et que même l’idée d’adrénaline fait peur ?. .. Qu’est-ce qu’on devient quand on ne se jette plus dans le feu de l’action et qu’on se met à tout trouver sympa au lieu d’aimer vraiment les choses ?

Mathias Malzieu

3 réflexions sur “Qu’est-ce qu’on devient ?

  1. ça me rappelle ce texte de Pablo Neruda

    Il meurt lentement
    celui qui devient esclave de l’habitude
    refaisant tous les jours les mêmes chemins,
    celui qui ne change jamais de repère,
    Ne se risque jamais à porter une nouvelle couleur
    Ou qui ne parle jamais à un inconnu

    Il meurt lentement celui qui fait de la télévision son guide

    Il meurt lentement
    celui qui évite la passion
    celui qui préfère le noir au blanc, les points sur les « i » à un tourbillon d’émotions
    celles qui redonnent la lumière dans les yeux
    et réparent les cœurs blessés.

    Il meurt lentement
    celui qui ne change pas de cap
    lorsqu’il est malheureux
    au travail ou en amour,
    celui qui ne prend pas de risques
    pour réaliser ses rêves,
    celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
    n’a fui les conseils sensés.

    Il meurt lentement
    celui qui ne voyage pas,
    celui qui ne lit pas,
    celui qui n’écoute pas de musique,
    celui qui ne sait pas trouver
    grâce à ses yeux.

    Il meurt lentement
    celui qui détruit son amour-propre,
    celui qui ne se laisse jamais aider.

    Il meurt lentement celui qui passe ses jours
    à se plaindre de sa mauvaise fortune ou de la pluie incessante.

    Il évite la mort celui qui se rappelle qu’être vivant requiert un effort bien plus important que le simple fait de respirer.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s