Les Tambours du soleil


L’Homme n’est jamais seul alors que je vous parle et

que vous

m’écoutez

il fait causette avec la vie devenue sa servante

Le bois le pain le feu sont à sa table et le ciel rentre

libre par les

fenêtres ouvertes

C’est beau ce que je dis mais vous n’y croyez pas

C’est dommage de ne pas voir que la terre se recrée

et se fait

notre alliée

bien triste de savoir que vous désespérez du bonheur

Moi je marche

tant que je marche je sais que les roses se multiplient sur mon passage

 

René Philoctète

6 réflexions sur “Les Tambours du soleil

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s