Le Buveur d’absinthe


Baudelaire est niché dans un recoin du cerveau de Manet et tient quelquefois son pinceau. Du « Vin des chiffonniers » de l’ami fardé, il tire son « buveur d’absinthe »
De sa déchéance naît le tableau de la misère répulsive d’une bohème qu’il aime et redoute à la fois.
Sophie Chauveau

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s