Inachèvement perpétuel


 

J’ai donné tous les éléments mais je vais m’expliquer quand même. La mise en mémoire de la langue par la poésie, la poursuite d’une mise en mémoire d’une langue par un exercice particulier de la poésie ont une caractéristique commune remarquable : l' »inachèvement ». La poursuite de la langue par la poésie est une poursuite sans fin. Cela est vrai non seulement de la poésie en général, mais de toute poésie, de chacune. La poursuite de la mémoire est également une entreprise inachevable : inachevable par l’humanité ; inachevable, s’agissant de sa propre mémoire, par chacun. La mémoire et la poésie entendue comme mémoire sont marquées toutes deux du signe d’un inachèvement perpétuel.
Jacques Roubaud

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s