Poème de Gabrielle Althen


Et d’un bleu sans archives, antérieur au toucher,

Conserver la mémoire, la mémoire du regard,

La pure mémoire de croire…

Et, au-delà des mûres sèches de nos doigts,

Reconnaître l’épure mise à nu de ce ciel,

Une ligne d’étreinte haute et mauve sur l’abîme

Où un château de roche debout sur le couchant,

Enfance capitale, diapason de l’instant,

Et quand le vent limpide balaye les pins de la mémoire,

Comme un rebord au jour, retrouver la démesure,

La sauvegarde crénelée devant le vide suave,

Ou bien, moins jeune parmi nous, l’éternité s’endort,

O douceur….

Mais toujours

Mais toujours, nous y sommes

Gabrielle Althen

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s