Mauvaises herbes, mauvaises pensées


Mauvaises herbes, mauvaises pensées : elles ravagent obscurément, elles apparaissent périlleuses, d’une insidieuse stérilité. Entendez par là : indésirables, inconvenantes, subversives, contraires à l’ordre établi, à la culture autorisée. De mauvaise graine, elles ne conduisent qu’à nous marginaliser. Pourtant, dans l’impasse où nous sommes, dans l’étiage même de l’existence et la stagnation du temps, ne conviendrait-il pas d’avoir recours à ces « mauvaises herbes » et à ces « mauvaises pensées » ? Ne faut il pas marcher vers ces marges que la culture n’a pas atteintes et corrompues, nous aventurer dans la broussaille, la friche, la flache, l’îlot sauvage, le jardin à l’abandon, et nous retourner vers les sources que nous avons bannies, emmurées, exclues, proscrites.

Jean-Pierre Otte

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s